Innovation : à Saint-Orens, la rééducation des pathologies cardiaques lourdes se fait en hospitalisation de jour

Un programme très innovant a été mis en place dans cet établissement permettant aux patients atteints de pathologies cardiaques lourdes une prise en charge en hospitalisation de jour.

Pour le Dr Marc Bousquet cardiologue, l’évolution de la prise en charge actuelle des pathologies vasculaires en hospitalisation de jour à la clinique Saint-Orens est aussi importante que l’évolution observée il y a une vingtaine d’années pour les pathologies coronariennes.

« L’arrivée de nouvelles techniques permettent de revasculariser des lésions vasculaires à des stades précoces. Ceci offre alors au patient la possibilité d’une prise en charge en réadaptation bien plus rapidement qu’auparavant ». Si la réadaptation est un ensemble de techniques validées et bien connues dans beaucoup de pathologies cardiaques, les techniques de réadaptation vasculaires le sont moins bien et de moindre pratique.

Elles font pourtant partie intégrante de l’arsenal thérapeutique à la disposition du praticien dans ce type de pathologie et leur bénéfice a été clairement démontré dans de nombreuses études : « La réadaptation des personnes artéritiques présente un intérêt réel pour le patient en améliorant notamment son périmètre de marche et ce jusqu’à 200% », explique le Dr Bousquet.

Cela permet également de proposer « un temps privilégié d’éducation thérapeutique concernant les facteurs de risques tels que la sédentarité, le tabac, le diabète »… L’éducation thérapeutique constitue un volet important qui aide le patient à mieux comprendre sa maladie et son traitement, avec des conseils qui lui permettent d’adapter son hygiène de vie à sa pathologie. La spécificité d’une prise en charge pluridisciplinaire en hospitalisation de jour est, dans ce contexte, d’adapter la prise en charge au plus près du besoin du patient.

« Nous proposons des séjours de rééducation vasculaire d’environ trois à quatre semaines le matin ou l’après-midi, du lundi au vendredi.

 

 

Mars 2015